L'équipe solaire belge se rapproche de la quatrième place

Au troisième jour du championnat du monde des voitures solaires, la Solar Team belge se maintient à la cinquième place. Mais l’équipe se rapproche des quatre premiers. L’équipe japonaise Tokai nous devance seulement de 8 minutes. 

La voiture solaire belge a parcouru 574 kilomètres aujourd’hui à une moyenne de 72 km/h. En raison des nuages, les équipes ont dû ralentir ces derniers jours. La stratégie est ainsi de plus en plus importante. Les étudiants de l’Université de Louvain sont satisfaits de leur troisième jour de course. Pilote de course Bert Longin : « Nous avons eu une très bonne journée malgré le temps. Nous eûmes une longue réunion avec le météorologue la nuit dernière et nous prîmes quelques décisions stratégiques. Dans l’après-midi, nous pûmes prendre de la vitesse et nous rapprocher de la troisième et de la quatrième. »


Les étudiants de l’Université de Louvain sont dans la roue de l’équipe japonaise Tokai. À 17 heures, toutes les voitures solaires doivent s’arrêter de rouler et les équipes montent leurs tentes près de l’autoroute dans le désert. L’équipe belge campe près de l’équipe japonaise, à 8 minutes derrière elle. Ce matin, les étudiants étaient à 70 kilomètres derrière les Japonais, actuellement, ils sont seulement à trois kilomètres derrière. L’équipe de l’Université de Twente est également très proche. « Nous visons toujours le podium. Nous avons encore beaucoup d’énergie en réserve et demain, nous essayerons d’aller plus vite. »


Deuxième participation de Longin

C’est la seconde fois que le pilote professionnel Bert Longin participe à la course avec l’équipe belge : « Cette année, j’ai été largement plus tôt de la partie. J’ai pu aider les étudiants à concevoir leur voiture. Et même ici, en Australie, j’ai pu les aider énormément. Par exemple, j’ai conseillé aux deux autres pilotes comme supporter la chaleur dans la voiture. »



La température dans la voiture solaire peut atteindre les 50 degrés. Par ailleurs, la place du pilote est très petite. L’équipe a construit le cockpit autour du pilote grâce à des images numériques en 3D. « Ce n’est pas vraiment confortable", a déclaré Longin. « Hier, j’ai conduit pendant près de cinq heures. Après ce long parcours, mes jambes et mon dos me faisaient mal mais cela fait partie de la course ! »

Longin a déjà participé à de nombreuses courses mais le World Solar Challenge est particulier pour lui. « On revient aux sources : campement dans le désert, cuisine soi-même, réparer la voiture avec les moyens du bord », a ajouté Longin. « Je sors réellement de ma zone de confort ; c’est un grand défi. Mais ce projet me passionne vraiment et je suis très fier de l’équipe. C’est incroyable de voir ce que ces hommes peuvent accomplir, bravo ! »




Webshop by

{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x