25 octobre 2018

Casi al final

Juste avant la fin du quatrième jour de course, mardi, nous avons décidé de gagner les montagnes. Après notre arrêt de contrôle à San Pedro de Atacama, nous avons roulé pendant près d'un quart d’heure avant d’arriver à Llano de la Paciencia, traduit librement par la Vallée de la Patience. Et de la patience, nous en avons eu : lorsque notre camion est arrivé avec les tentes, les ustensiles de cuisine et les sacs à dos, il a pris son virage un peu trop large et s’est enlisé dans le sable.

Nous avons vite compris que pousser ne suffirait pas. Un Chilien serviable s’est arrêté avec sa camionnette et nous a aidés en tractant. Après une heure et demie, nous sommes enfin parvenus à dégager le camion, au grand soulagement de toute l’équipe. 

Nous pouvions enfin nous mettre aux fourneaux !

L’itinéraire du cinquième jour de course (mercredi) nous a offert tous les dénivelés possibles. La matinée a débuté aux environs des 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, dans le désert d’Atacama. Nous nous sommes éveillés devant l’un des plus beaux levers de soleil de la course, mais aussi dans le froid. Les aventuriers qui avaient décidé de dormir à la belle étoile le regrettaient un peu au petit matin. Notre cinquième journée de course a officiellement commencé à 8 heures : la première étape consistait à redescendre sur 250 kilomètres, pour revenir au niveau de la mer. Ensuite, nous avons longé la côte sur 230 kilomètres, sous un épais manteau de nuages. 

Lorsque nous avons pris la direction aujourd’hui de la petite ville côtière d’Iquique, un léger vent de panique a soufflé dans le convoi : douane ! Au Chili, nous avons emprunté beaucoup de routes à péages et nous y étions bien préparés. Mais lorsque les carabineros (policiers) nous ont demandé les papiers de nos voitures (dont la voiture solaire), la peur nous a malgré tout envahis. Finalement, nous avons laissé tous les documents officiels à une seule voiture, qui est restée pour s’arranger avec la douane. Au total, la voiture solaire est restée à l’arrêt pendant moins de 2 minutes. Pour le reste, la journée s’est bien passée.



Jeudi sera (normalement) notre dernier jour de course : nous devons encore parcourir 270 kilomètres et espérons arriver vers midi (heure locale). 

La première mission ? Prendre une douche !  

Webshop by

{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x